Normes de translittération (2) : les difficultés en suspens

"Panneau de signalisation bilingue (français et cri) avant d'entrer sur la Route de la Baie James au km 257"

« Panneau de signalisation bilingue (français et cri) avant d'entrer sur la Route de la Baie James au km 257 »

– Translittération et orthographes désuètes

La question du codage des caractères sortis d’usage se pose aux catalogueurs. Les normes de catalogage internationales (ISBD) imposent de retranscrire le titre et la mention de responsabilité d’un document dans la langue et l’écriture de l’original. L’usage adopté dans les différents répertoires catalographiques peut toutefois différer et être source de confusion. À titre d’exemple, pour le russe, différentes lettres de l’alphabet cyrillique ont été supprimées en 1918 par le pouvoir soviétique. Les bibliothèques, si elles suivent toutes la normes ISO-9 de translittération des caractères cyrilliques, ont parfois l’habitude de « convertir » ces mentions aux règles d’orthographe en usage depuis 1918. Ces divergences peuvent être source de doublons entre les notices d’un même document.

Par exemple, on trouve dans  le SUDOC deux règles de transcriptions différentes pour deux tomes de la même collection des œuvres de Léon Tolstoï  (titre seul, en double affichage) ; il s’agit des tome VII et VIII contenant la 3e et la 4e partie du roman Guerre et Paix. Les caractères concernés sont signalés en rouge:

Notice SUDOC n°134375696 (orthographe pré-1918)

Сочинения графа Л. Н. Толстого. Часть VIII, Война и Мир. IV [Texte imprimé]. – Изданіе восьмое

Sočineniâ grafa L. N. Tolstogo. Častʹ VIII, Vojna i Mir. IV [Texte imprimé]. – Izdanìe vosʹmoe

Notice SUDOC n°092133878 (orthographe modernisée)

Сочиненія графа Л. Н. Толстого. VII, Война и Мир. Т. III [Texte imprimé]. – Изданіе восьмое

Sočinenìâ grafa L. N. Tolstogo. VII, Vojna i Mir. T. III [Texte imprimé]. – Izdanìe vosʹmoe

La divergence de la transcription du « i » fausse donc la notice : un utilisateur qui cliquerait sur le lien actif proposé par le titre, ne retrouvera qu’une partie des tomes de l’édition des œuvres complètes de 1889. L’utilisateur averti devra donc copier et coller le titre dans la barre de recherche et remplacer les caractères litigieux par une troncature.

– L’agrégation des morphèmes des langues idéographiques asiatiques

Les langues idéographiques, comme le chinois, le coréen et le japonais sont translittérées en restituant les morphèmes (les sons) qui composent les différents caractères. Mais à la lecture de la transcription, il est difficile d’isoler la série de morphèmes qui retranscrivent un caractère de ceux du caractère suivant. Plusieurs pratiques existent : soit l’agrégation des morphèmes d’un même caractère, pour faciliter la lecture, soit la séparation totale des morphèmes. La pratique la plus courante est de retranscrire les langues asiatiques de façon non agrégée, sauf pour les noms propres, afin de faciliter le travail d’indexation. Toutefois, les pratiques catalographiques des bibliothèques ne sont pas toujours harmonisées, les pratiques ayant divergé selon les périodes de rétroconversion des catalogues papier ou de constitution des catalogues électroniques. Il y a là une source d’ambiguïté qui persiste.

♦ Pour aller plus loin :

Voir le billet « Normes de translittération (1) : généralités » sur notre blog

Publicités

3 Réponses

  1. J’ai beau chercher mais je ne trouve pas sur votre blog un chapitre « translittération et langue valaque ».

    • Bonjour Fred,
      Effectivement, comme nous l’indiquons en préambule sur la page « Mais qui sommes nous », ce blog n’a pas vocation à l’exhaustivité, et nous avons surtout couvert les références en matière de transcription et translittération des alphabets asiatiques (chinois essentiellement), grec, cyrillique, arabe.

      Je n’ai pas trouvé de norme de translittération concernant strictement le valaque qui, en tant que langue roumaine, utilise en fait en partie des lettres issues de l’alphabet latin (avec des emprunts au cyrillique et au grec). De fait, le terme de « valaque » désigne une réalité complexe, qui a évolué dans le temps et l’histoire (
      voir la partie « controverses » de la page Wikipédia consacrée aux Valaques).

      A titre d’information, le guide de catalogage du SUDOC répertorie néanmoins des normes de translittération pour l’alphabet cyrillique, le géorgien et l’arménien.

      Le guide du catalogueur de la bnf donne quant à lui des références en matière de translittération de l’arménien, du grec et du russe, biélorusse et ukrainien.

      Une page (écrite par un des auteurs du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ) piloté par l’Université de Laval) apporte quelques éléments d’explications plausibles à cette absence de norme :
      – le valaque, ou « aroumain » est, du fait des découpages et héritages politiques dans cette région, très peu parlé aujourd’hui.
      « Cette langue est encore parlée par environ 250 000 locuteurs au nord de la Grèce, au sud de l’Albanie, à l’est de la Serbie et en république de Macédoine. Cependant, la langue aroumaine (ou valaque) n’a pas de norme linguistique suprarégionale, car chacun des groupes (en Grèce, en Albanie, en Serbie et en Macédoine) d’Aroumains parle avec des particularités spécifiques locales. Linguistiquement, l’aroumain fait partie des dialectes roumains du Sud ».
      – De plus, comme il ne s’agit pas de la langue officielle d’un État, ses locuteurs sont bilingues et on peut supposer que l’édition en valaque est très très restreinte, d’où l’absence de norme de translittération spécifique dans nos grandes bibliothèques nationales :
      « Depuis les années cinquante, toute politique linguistique relative à l’aroumain (ou au valaque) a cessé, sauf pour en décourager l’emploi par tous les moyens (punitions et humiliations dans les écoles et dans l’armée). La langue a ainsi perdu tout statut juridique dans les écoles, l’administration publique et les médias. Au début du XXe siècle, on dénombrait 500 000 Aroumains, mais ils ne seraient plus qu’environ 250 000 aujourd’hui. La plupart des locuteurs aroumains parlent le grec et la langue officielle du pays, soit l’albanais en Albanie, le serbe en Serbie ou le macédonien en Macédoine (ou le bulgare en Bulgarie). »

      – Des raisons politiques et historiques viennent donc se superposer pour expliquer l’absence de textes en valaque catalogués en valaque dans nos bibliothèques. Toutefois, un effort est fait pour re-dynamiser l’édition officielle et la presse en valaque, afin de sauvegarder cette langue :
      « Les experts sont convaincus que la langue aroumaine (ou valaque) est menacée d’extinction. C’est pourquoi, le 24 juin 1997, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté la recommandation 1333. À l’article 8 de celle-ci, l’Assemblée recommande au Comité des ministres du Conseil de l’Europe d’encourager les États balkaniques qui comptent des communautés aroumaines à signer, ratifier et appliquer la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992, et les invite à soutenir les Aroumains, particulièrement dans les domaines de l’éducation, des services religieux, des journaux et des périodiques, des émissions de radio et de télévision, des associations culturelles, de façon à ce que cette minorité reçoive des services dans sa langue ancestrale. »

  2. Merci pour ces précisions.
    Autre point concernant ce que vous dites sur l’alphabet cyrillique et la réforme orthographique portant sur 4 lettres (4 ? supprimées et 3 rajoutées ou le contraire ?) à partir de 1918. A-t-on une idée du nombre de doublons dans le SUDOC ? N’est-on pas en face d’un problème majeur pour les chercheurs(j’avoue ne pas avoir lu encore l’article sur les fonds russes dansla revue Bibliothèque(s) qui fournit peut-être une réponse) . Par ailleurs, j’avais vaguement entendu parler d’un convertisseur orthographe pré-Révolution / orthographe post-Révolution. En savez-vous plus ? Merci de votre réponse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :