Le fond Adhemard Leclère en khmer ancien de la bibliothèque municipale d’Alençon

"Remise des armes à un tac", timbre du Royaume du Cambodge portant des mentions en khmer et en alphabet latin

« Remise des armes à un tac » , timbre du Royaume du Cambodge portant des mentions en khmer et en alphabet latin.

Le cas du fonds khmer de la bibliothèque municipale d’Alençon illustre la situation de petits établissements en charge d’importants fonds en écritures non-latines.

L’Alençonnais Adhémard Leclère (1853-1917) passe toute sa carrière dans les services civils de l’Indochine. Il apprend le khmer, s’intéresse au pays qu’il administre, collecte des informations sur le peuple khmer pendant 20 ans avant de prendre sa retraite en France. Entre 1939 et 1949, une série de legs de la famille Leclère à la bibliothèque municipale permet de constituer un fonds de plus de 1 000 volumes et brochures, dont un grand nombre en langue locale, ainsi que de nombreux cartons et dossiers.

La richesse documentaire de ce fonds provient surtout des trente six dossiers manuscrits rassemblés par Adhémard Leclère sur l’histoire, la religion, l’économie et la société khmère dans le contexte indochinois. En outre, ce fonds contient des livres de référence sur l’orientalisme. Un fonds d’ouvrages de référence sur l’Extrême Asie (en cours d’enrichissement) est à la disposition du public.

Les notices du catalogue informatique ont été saisies en caractères latins d’après la translittération des données. L’ensemble des références sur ce fonds peut s’afficher en faisant une recherche simple et rapide grâce à des mots clés tels que « Adhémard Leclère », « France Leclère » ou tout simplement « Khmer »…, mais aussi des termes khmers tels que « Jatakas », « Vesandar », « Tray-Phoum »…

Un spécialiste des manuscrits khmers a été missionné de janvier à octobre 2008 par la ville d’Alençon pour dresser l’inventaire des manuscrits. Dans le même temps, le catalogage a été mené par le personnel de la médiathèque.

Points forts :

La médiathèque produit de nombreux médias pour valoriser ce fonds patrimonial et mène actuellement plusieurs projets de front : inventaire exhaustif des manuscrits du fonds, signets sur Adhémard Leclère mis à la disposition du public, conférences, numérisation du fonds. Une exposition a déjà été réalisée sur le sujet en 2009 conjointement avec le Musée des Beaux-arts et de la dentelle d’Alençon.

Points faibles :

La médiathèque ne dispose pas de site internet propre qui servirait à la valorisation de ce fonds.

Ce fonds est peu consulté relativement à sa richesse et à sa singularité (39 consultations et 2 demandes de reproduction en 2009).

Pour aller plus loin :

La bibliothèque sur le portail de la ville d’Alençon

Le site de l’association d’échange et de formation pour les études khmères

MIKAELIAN, Grégory. « Inventaire provisoire des manuscrits du Fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque municipale d’Alençon », 2002, 11 p. [en ligne] Consulté le 15 juin 2010.

MIKAELIAN, Grégory. Inventaire du don France Leclère de la bibliothèque municipale d’Alençon, précédé d’une brève biographie d’Adhémard Leclère, Paris, Les cahiers de Péninsule, coll. « Monographie », à paraître en 2010.

Publicités

La bibliothèque municipale internationale de Grenoble

La Bibliothèque municipale internationale de Grenoble, fondée à l’initiative du recteur et du maire, a ouvert en 2003 au sein du réseau des bibliothèques municipales de Grenoble. Un partenariat très fort avec la Cité scolaire internationale a déterminé le choix des six langues représentées au sein de la bibliothèque, parmi lesquelles une n’utilisant pas l’alphabet latin : l’arabe.

Même si les livres sont majoritaires dans les collections, la part la plus importante du budget, en 2007, est consacrée à l’achat de DVD. Cet aspect est particulièrement marqué pour la langue arabe. Pour l’ensemble des langues, une portion croissante du budget est également destinée à l’acquisition de CD, notamment des méthodes de langue. Les collections comprennent aussi des périodiques. Au total, en 2006, les fonds comptaient presque 15 000 documents, dont environ un millier en arabe (contre environ 1 500 documents pour la majorité des autres langues).

Le volume des prêts est à la hausse de 2003 à 2006, mais reste faible (un peu plus de 18 000 documents en 2006) par rapport à celui des autres bibliothèques du réseau. Les prêts d’œuvres en langue arabe ne représentent qu’un peu plus de 500 documents en 2006. Les usagers de ce fonds sont français pour la moitié d’entre eux. Ce sont majoritairement des adultes grenoblois et des élèves de la cité internationale.

Timbre français sur-imprimé en arabe

Timbre français sur-imprimé en arabe

Points forts :

-La bibliothèque fait office de centre de ressources en langues étrangères pour l’ensemble du réseau des bibliothèques de Grenoble.

-Un travail avec un centre social contribue à enrichir le fonds arabe de documentaires (quasi absents des collections pour les autres langues) dans des domaines particuliers comme la santé.

-La plupart des produits documentaires (guide du lecteur, signets…) que propose la BMI par exemple, comprennent une version en arabe, tout comme la page du site Internet consacrée à la BMI.

-Depuis 2009, dans le catalogue en ligne commun à l’ensemble des bibliothèques municipales de Grenoble, les notices bibliographiques d’ouvrages en langue arabe sont rédigées et s’affichent en version originale.

-Pour pouvoir les rechercher, un clavier en arabe est disponible à la bibliothèque. L’utilisation de claviers virtuels proposés par Lexilogos est également conseillée.

Points faibles :

-La situation singulière de la bibliothèque dans un quartier d’affaires récent, relativement éloigné du centre-ville et des ressources de proximité.

-La bibliothèque est pénalisée par son image de bibliothèque non accessible à tous, en raison de la présence, dans les murs de la bibliothèque, du centre de documentation et d’information (CDI) de la cité scolaire internationale, dont la majorité des documents ne sont pas empruntables par le public extérieur à l’établissement d’enseignement.

-Le fonds en arabe n’évolue plus, faute de personnel pour le traiter. Une recherche de solutions est en cours, pour recruter quelqu’un de façon ponctuelle.

♦ Pour aller plus loin :

LHUILLIER, Marion. « La bibliothèque municipale internationale de Grenoble ». BBF, 2007, n° 3, p. 52-57. [en ligne] Consulté le 12 juin 2010.

La page de la BMI sur le portail de la Bibliothèque municipale de Grenoble, en français et en arabe.

Le fonds chinois de la Bibliothèque Municipale de Lyon

En 1987, la bibliothèque municipale de Lyon reçoit en dépôt les collections d’imprimés et d’archives (1921-1946) de l’institut franco-chinois de Lyon. Ce fonds patrimonial rassemblait à l’origine 10 000 volumes en langue chinoise, reliés « à la chinoise » ; 4 000 monographies modernes (1910-1940) ; 425 titres de périodiques en chinois ; 15 000 volumes et 150 titres de périodiques en langues occidentales.

Les collections du fonds chinois sont régulièrement enrichies par des dons et des dépôts, ainsi que par un système d’échange avec des bibliothèques chinoises ou taïwanaises. Aujourd’hui ces collections comptent 57 000 documents dont 97 % en chinois, ce qui en fait le fonds chinois le plus important de France dans une bibliothèque publique

Il faut en outre associer à ces collections les 250 ouvrages en chinois du département Langues et littérature de la bibliothèque de la Part-Dieu, disponibles au prêt, et les documents en français relatifs à la Chine dispersés dans les différents rayonnages.

Le catalogue informatisé offre des notices bibliographiques en double écriture (en format Unimarc, caractères chinois et transcription pinyin). La recherche dans l’Opac peut se faire en caractères latins ou chinois. L’indexation « matières » est bilingue français-anglais.

Copie d'écran du catalogue en chinois de la BML

Exemple des résultats affichés en chinois lors d'une requête dans le catalogue du fonds chinois de la BML

Un à deux bibliothécaires sinophones travaillent à plein temps au traitement et à la mise en valeur de ces collections, très occasionnellement assistés par des stagiaires. Leur polyvalence leur permet de dispenser des renseignements individualisés et souvent à distance, de créer des animations autour des collections ou encore de conseiller leurs collègues pour les acquisitions en littérature chinoise.

Points forts :

En tant que bibliothèque publique, la BML s’adresse à un spectre étendu de lecteurs. Elle a ainsi développé le fonds chinois avec le souci de satisfaire aussi bien les demandes des Lyonnais sinisants, des étudiants chinois à Lyon que des chercheurs internationaux.

Points faibles :

Il n’y a pas de clavier à caractères chinois dans les locaux de la BML pour des raisons techniques ; cependant les Chinois apprennent très tôt à l’école les règles de transcription pinyin, ce qui relativise largement cet inconvénient.

Le principal problème réside dans la gestion des renvois du catalogue informatisé, qui est très approximative et qui entraine un risque de perte d’informations lors des recherches dans le catalogue.

♦ Pour aller plus loin

Le fonds chinois sur le portail de la BML

Les outils recensés par la BML pour lire et écrire en chinois sur un ordinateur

MONTE, Valentina De. « Le fonds chinois de la bibliothèque municipale de Lyon ». BBF, 2007, n° 3, p. 62-66 [en ligne] Consulté le 12 juin 2010.